2

Mon cancer et ses 5 enseignements

Dix ans après mes deux opérations à la langue et au cou, mon cancer occupe toujours une place importante dans ma vie. Cette maladie a contribué à faire de moi la personne que je suis aujourd’hui. Les cinq enseignements m’ont fait prendre conscience de la chance de vivre, de l’importance de soigner sa santé, de s’écouter plus, d’ouvrir son cœur et de profiter du moment présent.

Un matin de février 2008, comme tous les matins de ma vie, je me lève et me dirige vers la salle de bain. Face à la glace, une tête encore marquée par la nuit et les draps du lit, je me tire la langue. J’étais alors loin de m’imaginer que ce geste si anodin allait changer le cours de ma vie. Vous me direz, la vie est ainsi faite : les petites choses ont en définitive un fort impact sur nous, pour peu qu’on leur y prête attention. Et inversement…

 

Je constate une petite lésion d’à peine 1 centimètre sur le bord latéral gauche de ma langue. Probablement une morsure de ma propre langue. Pas étonnant quand on grince des dents comme moi pendant la nuit… Surveillant d’un œil cette lésion étrange, je me décide quand même à prendre rendez-vous avec mon médecin traitant. A la consultation, le Dr Nguyen préfère par heureuse prudence avoir un autre avis médical et me renvoie vers un stomatologue. Le Docteur Gross participe à la suture de la langue.

 

Rachida et moi partons passer quelques jours en amoureux à Barcelone, une ville belle, ensoleillée et tellement haute en couleurs. Au retour dépaysant, la nouvelle me tombe dessus comme un marteau sur une enclume. Les analyses de la biopsie font apparaitre une infiltration tumorale maligne, un carcinome épidermoïde bien différencié et mature. Autrement dit, un cancer de la langue !

Face à l’annonce brutale du docteur, le temps s’est brusquement arrêté, une tempête a commencé à se déchainer dans mon cerveau. Du « pourquoi moi ? » à « je ne vais quand même pas crever à 32 ans ! » en passant par « le combat commence maintenant » et « enlevez-moi vite cette merde de ma langue ! ». Bref, je vous passe les détails de la multitude de questionnements intérieurs.

 

Stade 1, pas de chimiothérapie ni de radiothérapie. Le traitement consiste par l’ablation d’une partie de la langue. Pilule encore difficile à avaler. Moi qui avais la langue bien pendue, voilà qui m’apprendra à la fermer un peu plus… Puis selon l’invasion des ganglions, le chirurgien de l’Institut Gustave Roussy procédera à l’évidement de la chaine ganglionnaire (photo ci-dessous). Des micro-métastases ont été découvertes dans les ganglions au niveau du cou, car même si la tumeur était à un stade précoce, elle était invasive.

Mon impressionnante cicatrice suite au curage ganglionnaire

 

Les deux opérations et la convalescence se sont formidablement bien passées dans cet événement, comme froidement prévu par le Dr Temam. Aujourd’hui, je peux même dire que ce cancer a constitué une belle opportunité pour grandir et m’élever vers une meilleure version de moi-même. J’en veux pour preuve les 5 enseignements principaux que j’en retire presque 10 ans après.

 

1) La santé, notre bien le plus précieux

Souvent, bien trop souvent, nous en prenons vraiment conscience lorsque nous sommes confrontés directement à la maladie (un proche, soi-même). Nous sommes bien peu sans elle. Elle est la condition sine qua non pour nous permettre de profiter pleinement de la vie. Dans sa vertigineuse envie de vivre, un être humain dépourvue de son intégrité physique et/ou mentale, s’en trouve malheureux, amoindri, désarmé.

Face aux dérives de l’agriculture et de l’agro-industrie (usage des pesticides, maltraitance animale, ultra transformation des aliments premiers, politique productiviste / qualité), il est important de communiquer sur les vérités scientifiques qui fondent les bases de notre santé, à savoir une alimentation saine, une activité physique régulière et la pratique du bien-être.

 

2) Prends soin de ta famille et de tes proches

En tant qu’être social, nous avons tous besoin d’être entourés sur le chemin de la vie. Prendre soin de sa famille, ses proches, ses amis est important pour partager les joies et les peines de la vie, pour échanger et se sentir aimés dans le tumulte des événements. L’amour, cette vibration cardiaque qui nous anime, dicte le sens profond de nos actions pour nous, les autres, le monde.

Le cancer m’a permis de prendre conscience de l’importance de la santé, de l’intérêt d’en prendre soin, d’être plus à l’écoute de son corps et ses signaux, et de veiller à celle de mes proches, famille et amis. A l’origine de notre investissement, Rachida et moi dans l’aventure du blog SantezVousBien.com, nous voulons aider les personnes sensibilisées à préserver leur santé et ainsi jouir pleinement et longtemps de la vie à travers nos connaissances, nos lectures, nos expériences.

 

Pour rappel, notre vidéo « Notre mission » vous explique les raisons profondes de la mission SantezVousBien. Vous êtes toujours plus nombreux à nous exprimer votre sympathie et votre intérêt pour notre engagement. Cela nous touche beaucoup et nous donne plein de force pour continuer à propager ce message vertueux.

3) Écoute ton cœur, fais plus ce que tu as envie de faire

Lors d’un échange avec mon frère Nicolas, je me rappelle lui avoir dit : « Fais chier, j’allais demander Rachida en mariage… ». Il m’a alors simplement répondu : « Qu’est-ce qui t’en empêche ? ». Tout bien réfléchi, rien ! Suite à ma 2ème opération, je l’ai rejoint un week-end à Cambridge (Royaume-Uni) et le dimanche matin, à genou dans l’herbe du jardin de la maison en colocation, je lui ai demandé sa main, bague de fiançailles à l’appui. Un moment émouvant que je me remémore avec des larmes de gratitude.

Au travail aussi, il était temps aussi de passer à autre chose. Depuis presque 8 ans, j’œuvrais pour la Ligue féminine de basket, son développement à travers des projets multimédias, la gestion des événements et des médias, le contenu éditorial et l’écriture d’articles pour le magazine fédéral. Je tournais en rond, le ron-ron un peu trop tranquille à mon goût. Sans perspectives d’évolution, j’ai décidé de quitter Paris et la Fédération de basket pour m’installer à Toulouse avec Rachida et fonder une famille. Une rupture conventionnelle plus tard, je débarque dans la ville rose pour rejoindre ma future épouse et construire ma nouvelle vie.

Moi et Rachida au Stadium de Toulouse pour la rencontre de Top 14 entre le Stade Toulousain et l’ASM Clermont

 

Le cancer m’a fait prendre conscience de l’importance de s’écouter davantage. Au-delà des signaux physiologiques évoqués plus haut, il est aussi nécessaire d’écouter davantage son cœur, ses aspirations, ses envies. Dans cet état d’esprit, on réalise des actions qui nous entrainent avec délectation, sans la contrainte lourde des événements qu’on subit. La peur n’évite pas le danger. Quitter son confort pour se lancer dans un nouveau défi, continuer à s’épanouir, aller de l’avant pour réaliser ses rêves est une action salutaire, une prise de risques qui autorise le meilleur dans l’effort. Faire fi des conventions pour se réaliser.

 

4) Boire le verre à moitié plein

« La vie est belle, le destin s’en écarte, personne ne joue avec les mêmes cartes » chante IAM. Ce titre « Nés sous la même étoile » m’a beaucoup marqué quand j’étais plus jeune. J’ai grandi avec fierté et bonheur dans le quartier de Croix de Neyrat dans le nord de Clermont-Ferrand. Si le contexte socioculturel n’offre effectivement pas les mêmes cartes pour jouer le grand jeu de la vie, nous restons les premiers responsables de notre vie, des choix que nous faisons pour en modifier son cours, en tous cas l’infléchir, et ainsi façonner ce destin qui nous sépare.

 

Nous avons le choix de regarder le verre et se dire qu’il est à moitié vide, c’est effectivement malheureux, ou qu’il est heureusement plein. Dans la vie, les motifs de reconnaitre la chance qu’on a sont nombreux pour voir le verre à moitié plein, et ce quels que soient la condition sociale, culturelle, professionnelle. La recherche de l’équilibre est une constante pragmatique de notre univers. En chaque chose, il y a du bon et du mauvais. Quand nous prêtons attention au mauvais, nous occultons le bon que nous ne voyons pas, ce qui ne signifie pas qu’il n’existe pas, bien au contraire. Nous voyons à moitié, quand il faut s’efforcer de prendre du recul pour voir plus largement ombre et lumière.

Croire que le verre est à moitié plein est une version positive de la vie, où on prend conscience de la chance qu’on a d’avoir et de pouvoir boire son précieux liquide (agir positivement sur le monde). Si on croit que la vie est pourrie, il y a une forte probabilité que nous nous comportions pour que notre vie soit pourrie, en tous cas plus pourrie que belle.

Nos croyances font ce que nous sommes. Notre état d’esprit influe directement sur nos actions. Aussi, si nous adoptons un mode de pensées positives, alors le résultat de nos actions aboutira à du positif, quel que soit l’objectif poursuivi.

Suite à mon cancer et avec SantezVousBien, nous croyons dur comme fer que la vie est une chance formidable d’accomplir notre mission de vie, nous réaliser pour une meilleure version de nous, des autres et du monde. C’est pourquoi la gratitude prend une aussi grande place dans notre vie…

 

5) Fais le tri dans tes relations, tes « amis »

Sur mon lit d’hôpital, mon cancer de la langue m’a permis de nourrir une réflexion sur le sens de l’amitié. Ce n’est pas dans la facilité qu’on voit la relation profonde qu’on a avec les gens qui nous entoure, mais bien dans la difficulté, l’épreuve, la peur de perdre.

Mes nombreuses fréquentations se sont soudainement essaimées dans le cours des événements. Entre ma famille et mes amis, je les compte sur les doigts de mes deux mains. L’hôpital effraie, la mort ou rien que l’idée de la mort éloigne. Si j’ai eu peur de perdre Rachida, le cancer nous a a contrario rapproché un peu plus. Il a révélé notre amour l’un pour l’autre, quand tant de couples se déchirent pour les tâches domestiques… C’est elle qui m’a concocté les délicieux smoothies dont je raffolais pendant ma convalescence.

 

La nature est un formidable exemple de l’équilibre entre l’ordre et le chaos

 

Le cancer n’évite pas la peur, la vulnérabilité, le doute. A l’inverse, il pousse à regarder ses sentiments bien en face, sans les filtres conventionnels de la société qu’on nous vend à longueur de journée à la télévision ou dans les publicités.

Se respecter comme la merveilleuse personne que je suis, que chacun est, ouvrir son cœur à l’autre, s’écouter davantage, prendre ses responsabilités et faire ce que j’ai envie, prendre soin de soi et de ses proches, voir le côté caché des choses et s’écrire une plus belle histoire, s’entourer de personnes et de choses inspirantes…

Bref, redonner la place à la vie qu’on veut vivre, en acceptant l’ordre et le chaos de la vie.

Ces leçons m’encouragent encore aujourd’hui à grandir et à devenir encore meilleur. Car je suis un être humain comme vous, avec ses qualités et ses défauts, en quête constante de sens et d’équilibre. Un travail sur soi de tous les jours.

Yann
 

Click Here to Leave a Comment Below 2 comments
Lilong - 24 juillet 2017

Les épreuves sont des étapes qui nous aménent à nous élever. Ce qui nous tue pas, nous rend plus fort. Si tu tombes 3 fois, relevés toi 4…..
Très belle tranche de vie partagée, et magnifiquement racontée.
Fier de te compter parmi mes proches, l’ami…….
Prends soin de toi et ta famille
Take care

SL

Reply
    Yann - 24 juillet 2017

    Coucou Stéphane, ça fait bien plaisir ton commentaire et si chaud au coeur mon ami !
    Bien content de t’avoir rencontré sur les terrains de basket et d’avoir vécu un bout d’Ice story, et de partager bien plus aujourd’hui 😉
    Take care too, à bientôt Lilong’

    Reply

Leave a Reply: